"Il n'y a pas de plaisir comparable à celui de rencontrer un vieil ami, excepté peut-être celui d'en faire un nouveau…"

R.Kipling

Rudyard Kipling n° 847 est une loge de la Grande Loge de France, qui travaille selon le rite, les rituels et règlements généraux établis par l’obédience.

La loge Rudyard Kipling est située dans l’ouest parisien, à Suresnes (92) depuis 40 ans. Les réunions se tiennent deux fois par mois.

C’est une loge qui vit à la dimension que lui donnent les frères par leur assiduité, leur travail, leur implication et le respect de leur engagement qu’ils se transmettent au fil du temps.

Elle rassemble tous les hommes de bonne volonté souhaitant s’engager dans une démarche initiatique, et propose une aventure exceptionnelle qui s’appuie sur des valeurs de progression intellectuelle, éthique et spirituelle.

Les loges de la Grande Loge de France accueillent en leur sein des hommes de toutes origines et de toutes croyances, ayant en commun la passion de ce qui constitue le cœur de leur projet : l’humanisme dans le déploiement de toutes ses facultés.

Témoignage : "Je suis apprenti franc-maçon."

Témoignage de Franck W.

« Je suis apprenti franc-maçon. J'ai entamé cette démarche d'entrer en maçonnerie car j'ai eu l'impression que c'était le chemin naturel à suivre pour moi, le prolongement de ma quête personnelle, de ma façon de penser.
Un ami très cher (avec qui je travaille depuis de nombreuses années) m'a avoué qu'il était maçon et m'a fait part de son sentiment selon lequel cela me correspondrait. Il me sentait déjà un peu dans cette recherche. Je lui avais souvent fait part de mon envie de m'améliorer en tant que personne, de ne pas stagner avec mes lacunes, mes peurs. Il connaissait mon envie de donner, d'échanger, d'apprendre, ayant pu quotidiennement observer mon comportement et mes valeurs dans la vie de tous les jours, dans le monde profane comme l'on dit en maçonnerie.

Cet homme en qui j'avais confiance m'a convaincu, car j'avais comme tout le monde mes doutes, que la Franc-Maçonnerie n'était pas une secte, quelque chose de fermé, d'occulte, mais au contraire un lieu de pensée, un lieu pour penser, s'extraire du quotidien et réfléchir au monde, arrêter le tourbillon du temps pendant quelques heures pour se poser avec des personnes, avec un langage commun, mais venant de tous horizons sociaux, politiques, religieux, qui sauraient écouter et ne prendraient pas la parole pour juger, ne prendraient pas la parole pour rien. (Ce qui m'a également convaincu, c'est le fait que les apprentis ne parlent pas avant de devenir compagnons, et je crois que j'avais besoin de me taire et réapprendre à écouter).


J'ai réfléchi car je ne voulais pas m’engager à la légère. J'ai attendu un peu, pour voir si j'allais finalement oublier. Je suis allé à une tenue blanche ouverte, et j'ai observé. Je n'ai pas été convaincu, pour être honnête, que je serais à ma place. Je me sentais un peu trop le seul « jeune ». Mais j'ai aimé néanmoins l'atmosphère et ce qui y était dit. Finalement, j'ai décidé de me lancer et de proposer ma candidature à mon ami, qui deviendrait mon parrain, en me disant que de toutes façons on ne me prendrait peut-être pas, alors j'ai décidé d'être tout simplement moi-même, de ne pas essayer de dire ce qu'on attendait de moi, les étapes ont suivi leur cours, et me voici apprenti franc-maçon.

Il est difficile de décrire simplement ce que m'apporte cette fraternité, cette régularité, cet engagement. Pour ma part, en tant qu'homme, j'ai l'impression d'avoir subi une épreuve initiatique, telle que d'autres sociétés les pratiquent encore, afin de devenir adulte. En tant que fils unique, j'ai maintenant des frères. En tant qu'Apprenti, j'apprends, j'écoute, je sens déjà que je me connais un peu mieux, à travers l'obligation de présence, le rituel, les horaires, les travaux qui jalonnent désormais mon initiation.

J'apprends, sans trop savoir quoi, à me servir d'outils pour comprendre le monde, la vie, les hommes et avant tout moi-même, pour faire partie de ce tout du mieux possible, en harmonie, utile, bienveillant. Je suis comme je l'étais déjà, mais avec une plus grande affirmation de mon souhait d'évoluer, avec un plus grand discernement des situations sans doute, avec une meilleure écoute, une pensée déjà un peu plus claire, une parole plus fidèle à mes idées et une attitude plus proche encore de mes valeurs.

Je tente de polir ma Pierre Brute chaque jour, simplement, avec bon sens, avec énergie, avec envie, avec les outils que l'on me donne et ceux qui sont déjà en moi, j'essaye d'ordonner tout ça, de lui donner un sens.
De même, en tant que musicien, je m'éloigne des créations faciles, creuses ou tape-à-l'oeil afin de me diriger plus vers des choses que je voudrais, voulais ou veux véritablement exprimer, transmettre, des choses personnelles, avec du sens, du poids. Pour me faire du bien, pour être honnête avec moi-même. Je sens déjà, alors que je démarre à peine ce chemin, que j'y suis naturellement à ma place… ».